Contexte

Cela fait plusieurs centaines d’années que les coopératives agricoles et élevages (laitiers) façonnent le paysage et le mode de vie de la campagne néerlandaise en dehors de la Randstad (conurbation réunissant les villes d’Amsterdam, de Rotterdam, de La Haye et d’Utrecht). Au sein du secteur, des initiatives sont prises pour qu’il devienne durable et à l’épreuve du futur. Ce projet de biogaz est un exemple en termes de minimisation de l’impact climatique et d’une exploitation entièrement circulaire.

À propos du projet

Le projet de biogaz englobe plusieurs exploitations laitières, agricoles et de porciculture qui, grâce à la réalisation d’installations de biogaz, ne doivent plus épandre la totalité de leur fumier sur des champs situés dans les environs afin de respecter ainsi largement les limites d’absorption d’azote imposées par le gouvernement. Le projet concerne le financement de réductions de gaz à effet de serre par des installations de biogaz à différents endroits aux Pays-Bas. Toutes les exploitations fournissent à leur bétail du fourrage provenant principalement de leurs propres terres agricoles. De cette manière, les entreprises sont durables et démontrent que la circularité dans le respect de réglementations strictes est parfaitement possible. La fermentation de fumier et d’autres flux résiduels permet de produire de l’électricité qui est ensuite injectée dans le réseau électrique national.

La conception du projet est entièrement circulaire : les élevages, l’agriculture, les flux résiduels de l’industrie (alimentaire) et le biogaz forment un cerclé fermé. La production laitière durable constitue l’activité clé essentielle. Le fourrage des vaches provient essentiellement de propres terres agricoles appartenant aux éleveurs et, pour les porcs, ils utilisent du maïs de leurs propres terres, complété par des flux résiduels appropriés provenant de l’industrie des boissons et alimentaire. Les installations de fermentation utilisent un mélange de lisier bovin et porcin, de résidus de leurs propres produits agricoles et de résidus organiques de l’industrie alimentaire. Le projet réduit les émissions de méthane dans l’atmosphère et les dépôts d’azote. Il permet également de remplacer la consommation de combustibles fossiles pour le chauffage des étables. Dorénavant, c’est la chaleur résiduelle de l’installation de biogaz qui assure le chauffage. En outre, l’électricité produite par l’installation est injectée dans le réseau électrique en tant qu’électricité verte et renouvelable grâce à une technique dite de « gas to electricity » (conversion de gaz en électricité).

Cette installation est conforme à la réglementation obligatoire ; elle dispose d’un agrément VWA (autorité néerlandaise pour l’alimentation et les biens de consommation) de catégorie 3. Le produit résiduel qui subsiste après fermentation (digestat) dans l’installation de biogaz est traité et vendu comme nutriment pour plantes en remplacement d’engrais artificiels.

Coopération

Aucune subvention n’est octroyée pour les émissions de méthane évitées. C’est pourquoi Climate Neutral Group (CNG) travaille, conjointement avec le projet sur les connaissances et la technique permettant de réaliser la fermentation du fumier par le biais d’un financement carbone, via les crédits carbone, également appelés crédits CO2. Les crédits CO2 certifiés VCS sont libérés dans le but de permettre la compensation par le biais de projets néerlandais. Le marché national du carbone du Green Deal a qualifié la réduction du méthane par la fermentation du fumier aux Pays-Bas comme étant complémentaire à la politique actuelle, qui se concentre uniquement sur la réduction du gaz à effet de serre qu’est le CO2. En raison de cette complémentarité, les crédits CO2 peuvent être utilisés pour la compensation volontaire par des entreprises (ne faisant pas partie du système SEQE-UE).

Développement durable

Les biodigesteurs ont été intégrés dans l’environnement naturel et offrent une contribution fiable à long terme au développement durable et à l’agriculture circulaire. Sans le financement par la compensation carbone, la fermentation du fumier ne pourra pas être réalisée de manière rentable. En collaboration avec Climate Neutral Group, le projet œuvre à la réduction et à la compensation des émissions de CO2 et contribue aux objectifs de développement durable (ODD). Les ODD garantissent un environnement et un climat de meilleure qualité de même qu’un cadre de vie plus propre.

Découvrez comment nous pouvons aider votre organisation à atteindre l’objectif Zéro carbone

Téléchargez notre brochure
×